Norton Sport-Club Genève

 

Un gentleman dans la course

 

Bruno Hofmann

 

Qui pourrait deviner, le croisant dans la rue faisant ses achats, que Bruno a passé une bonne partie de sa vie, probablement la plus enthousiasmante dans ses souvenirs, à courir les courses de côtes et les circuits ? Discret, réservé, si l’occasion s’en présente, il vous parlera bien davantage des motos qu’il a conduites, de son amour pour la belle mécanique que de ses exploits de pilotes. Si vous insistez, il vous fera voir ses albums de photos et vous découvrirez alors, stupéfait, que vous avez affaire à un authentique champion bien caché sous sa carapace de modestie.

 

Le don de persuasion

Dédé Stouder

 

Dans les années 60, difficile de trouver quelqu’un, à Genève, qui soit plus connu que lui. Son métier d’inspecteur des sinistres le conduit, entre autres clients, chez tous les marchands de motos de la République. Quel que soit le quartier où il se trouve, il est sûr de rencontrer un visage familier, de tomber sur un copain avec qui, au coin d’une table de bistrot, il fait bon se raconter des histoires et s’échanger des tuyaux. Dans certains milieux, plus particulièrement celui de la moto, Dédé Stouder est connu comme le loup blanc.

L'élégance sur deux roues

 

Serge David

 

Depuis plusieurs années, Serge commente certains Grands-Prix aux côtés de Bernard Jonzier sur la TSR. Ses remarques, ses analyses montrent qu'il n'a rien perdu de ses pouvoirs d'observation. En matière de moto, il sait vraiment de quoi il parle. Il est une des rares à avoir participé à des manches du Championnat du Monde aussi bien comme crossman que comme pilote de vitesse.

Précurseurs

Godier - Genoud

Après la mésaventure du premier Bol d'Or et sa terrible déception, Georges Godier mobilise à nouveau sa légendaire volonté et sa combativité. Il n'accepte pas de rester sur un échec. Tirant la leçon de ce qui est arrivé, il passe en revue, jusqu'à la dernière rondelle, les diverses pièces de la Commando susceptibles de lâcher. Il renforce, affine, soude, ajuste, polit, adapte. Il remplace toutes les parties fragiles par des pièces plus fiables empruntées le cas échéant à d'autres marques.

Construire à en mourir

Hermann Schmid

Peut-être n'a-t-il pas encore terminé son apprentissage de mécanicien sur cycles et vélomoteurs, lorsque, curieux, après avoir vu piloter Camathias, il se penche sur le side qu'on vient de ramener au parc. Longtemps, il tourne autour de la BMW du champion, observant tous les détails de sa construction, se posant mille questions. Et ça gamberge dans sa tête; c'est sûr, on pourrait faire tout autrement et on pourrait certainement encore aller plus vite. De retour, chez lui, il passe la nuit à esquisser des châssis différents. Pendant plusieurs semaines, il dessine, dessine, gagné par l'obsession de construire son propre side-car.L'aventure pend corps dans un box mal équipé, mal éclairé. Il a décidé de partir à zéro. Du reste, il n'aurait pas les moyens de s'acheter un side. Ce qui l'intéresse au premier chef n'est pas de s'engager dans les courses comme conducteur mais bien de construire de toutes pièces son propre engin. Un poste à soudure, des tubes, il se met au travail alors qu'il n'a encore jamais conduit un trois roues. Un copain, André Mayenzet, lui donne un coup de main. Ils sont comme deux gamins passionnés par leur projet. Dans le châssis qui est maintenant achevé, ils montent un moteur BMW acheté d'occasion, bien sûr.